Conduite autonome et IA : quels défis se profilent à l’horizon ?

Selon l’OMS, les accidents de la circulation sont en grande partie causés par des erreurs humaines. De plus, ils sont responsables de millions de décès chaque année. La conduite autonome pourrait-elle être la réponse pour réduire ces accidents et améliorer la sécurité routière ? Cet article examine les enjeux de la conduite autonome et son potentiel à créer un avenir plus sûr sur les routes.

La conduite autonome : une révolution sur les routes

Les voitures autonomes sont peu présentes sur les routes. Néanmoins, elles sont capables de réaliser certaines manœuvres grâce à des systèmes d’aide à la conduite. L’intelligence artificielle est au cœur de la conduite autonome, permettant d’apprendre rapidement et de prendre des décisions adaptées. Par ailleurs, vous en saurez davantage sur cette page web.

A découvrir également : Comment les bots aident les entreprises d’aujourd’hui ?

Les véhicules autonomes utilisent une multitude de capteurs pour percevoir leur environnement. En revanche, la communication avec d’autres véhicules et infrastructures renforce leur compréhension globale.

La conduite autonome se divise en cinq niveaux :

A découvrir également : Générez des images facilement à l'aide de l'intelligence artificielle

  • Niveau 1 : Systèmes de conduite assistée de base.
  • Niveau 2 : Co-conduite avec assistance automatisée.
  • Niveau 3 : Début de la délégation de conduite, mais avec la nécessité d’une vigilance du conducteur.
  • Niveau 4 : Conduite entièrement autonome dans la plupart des situations, avec possibilité de reprise de contrôle par le conducteur.
  • Niveau 5 : Véhicules 100% autonomes, sans besoin d’intervention humaine.

Cependant, les contraintes réglementaires limitent l’activation complète des niveaux 3 et 4, tandis que le niveau 5 nécessite encore des avancées technologiques et législatives.

Conduite autonome : Le défi législatif de demain

Les voitures modernes ont déjà la capacité d’effectuer de nombreuses manœuvres de base de manière autonome. Toutefois, la réglementation actuelle limite encore leur utilisation. La convention de Vienne impose la responsabilité du conducteur pour toutes les actions du véhicule, empêchant ainsi l’abandon du volant. 

La France a autorisé les tests de voitures autonomes sur les routes depuis 2016, mais la présence du facteur humain reste indispensable. En 2022, les véhicules de niveau 3 et 4 seront autorisés à circuler, mais des questions éthiques subsistent.

Conduite autonome : Les enjeux éthiques en question

L’intelligence artificielle et le Deep Learning sont susceptibles de commettre des erreurs. Cela engendre la question sur la responsabilité en cas d’accident impliquant des véhicules autonomes. La « roboéthique » aborde les questions éthiques liées à ces technologies, cela complique l’établissement d’une législation appropriée. Les constructeurs automobiles investissent néanmoins dans le développement des véhicules autonomes en attendant des avancées législatives.

L’évolution de la conduite autonome dans l’industrie automobile

La conduite autonome va au-delà du secteur du transport et révolutionne l’industrie. Des acteurs tels que Volvo se positionnent en tête dans des domaines tels que la logistique et l’exploitation minière avec des camions autonomes. Des normes, comme la norme ISO 17757, ont été établies pour encadrer le développement des véhicules autonomes dans les mines.

About the author